Chefs d’équipe : C Chadjichristos (CR), C Chatziantoniou (DR), J Hadchouel (DR), D Dreyfuss (PU-PH), JC Dussaule (PU-PH), S Gaudry (PU-PH), A Hertig (PU-PH), E Rondeau (PU-PH), D Buob (MCU-PH), P Galichon (MCU-PH), YC Dubois-Xu (AT-AS)
Membres : L Abbad (Post-Doc), C Mousseaux (PhD)

Ces dernières années, d’importantes preuves expérimentales et épidémiologiques se sont accumulées montrant un lien entre l’IRA et la MRC. En effet, les modèles expérimentaux d’IRA ont montré que certaines des lésions rénales aiguës observées dans l’IRA évoluent vers des anomalies rénales chroniques notamment l’atrophie tubulaire, la densité capillaire tubulaire réduite et la fibrose interstitielle. L’association épidémiologique entre la survenue de l’IRA et de la MRC a été démontrée dans plusieurs séries cliniques. Ainsi, une multiplication par 9 de la fréquence de l’IRC et par 3 celle de l’insuffisance rénale terminale a été récemment montrées chez les patients atteints d’IRA, et le risque de MRC a été corrélé avec la gravité de l’épisode aigu. Inversement, l’IRA peut survenir principalement chez les patients qui présentent déjà des lésions rénales chroniques mais indétectables, créant ainsi une interaction bidirectionnelle entre l’IRA et la MRC.

Pour ces raisons, l’un des thèmes de notre projet visera à déchiffrer les mécanismes favorisant l’IRA et à définir comment une réparation efficace peut être réalisée. Notre hypothèse directrice est que l’interaction entre la microcirculation rénale et les cellules épithéliales tubulaires est une cible principale des agressions conduisant à l’IRA et que l’adaptation cellulaire à l’environnement post-agression induit des altérations phénotypiques et un processus fibrogène favorisant la fibrose interstitielle et l’atrophie tubulaire. La stratégie appliquée consiste à étudier les résultats à court ou à long terme de la fonction ou de la structure rénale après ischémie/reperfusion (I/R) sur des modèles transgéniques dans lesquels la suppression et/ou la surexpression des gènes candidats est conditionnellement contrôlée (conditionnelle au temps et au tissu). Nous nous appuierons sur notre expérience avec les médiateurs de la MRC que nous avons déjà identifiés, et nous commencerons par enquêter sur les plus prometteurs d’entre eux (Cx43, Notch3, Periostine). Nous avons obtenu des preuves préliminaires montrant que ces gènes sont impliqués dans l’IRA. De plus, nous allons tester de nouveaux joueurs (WNK1, miR-21, Nupr1), pour lesquels nous avons récemment obtenu des données préliminaires. Un accent particulier sera mis sur l’identification et la discrimination entre les médiateurs favorisant une réparation «réelle» (dans laquelle les cellules endommagées sont remplacées par une cellule identique normale) versus la réparation «apparente» (dans laquelle les cellules remplaçantes semblent normales, mais déclenchent un processus inflammatoire ou fibrotique).

fr_FRFrench
en_GBEnglish fr_FRFrench